L’homme préhistorique, l’animal et nous: métamorphose des images vulgarisées

Autores

  • Marianne Celka IRSA-CRI (Institut de Recherches Sociologiques et Anthropologiques - Centre de Recherches sur l’Imaginaire, Montpellier III).

DOI:

https://doi.org/10.17231/comsoc.18(2010).987

Palavras-chave:

animal, remagification, image, media

Resumo

Les sciences paléontologiques et éthologiques participent du processus de désenchantement du monde. La première en tentant de percer les mystères de l’hominisation, ce qui nous fait Homme, la seconde en mettant au jour les obscurs fondements du comportement animal. Cependant, à l’ère de l’image, l’ensemble des sciences font l’objet du principe de vulgarisation (simplification pour diffusion dans le sens commun). Et c’est ce principe même, qui grâce à la réappropriation qu’il engendre par la conscience collective, participe paradoxalement du réenchantement du monde. Ainsi, il y a remagification du monde au travers de l’écran qu’il soit livresque ou cinématographique, et ces productions peuvent-être considérées comme le reflet toujours actualisé des représentations collectives. À travers elles nous pouvons sentir les métamorphoses de l’ambiance sociale.

Downloads

Não há dados estatísticos.

Downloads

Publicado

2010-12-30

Como Citar

Celka, M. (2010). L’homme préhistorique, l’animal et nous: métamorphose des images vulgarisées. Comunicação E Sociedade, 18, 75-83. https://doi.org/10.17231/comsoc.18(2010).987

Edição

Secção

Novas tecnologias, Média e comunicação